Home Travaux et Publications
Plan d’Action de Saly : l’implication de la Société civile dans l’Alerte précoce et la Prévention des conflits en Afrique de l’Ouest

Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest/OCDE

Le Seine Saint-Germain, 12 Boulevard des Iles

92130 Issy-les-Moulineaux

www.westafricaclub.org

En octobre 2007, le Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO) a organisé à Dakar-Saly un Atelier d’appropriation, pour la dissémination et la mise en œuvre des instruments régionaux et des mécanismes endogènes de gouvernance démocratique et de prévention des conflits en Afrique de l’Ouest en collaboration avec le Groupe de Femmes et la Coordination des Jeunes d’Afrique de l’Ouest.

Cet Atelier a constitué une nouvelle étape dans la dynamique de valorisation des capacités internes de la région. Il a mis en évidence l’importance et la nécessité pour les différentes catégories d’acteurs, d’une appropriation et d’une dissémination des instruments régionaux et mécanismes endogènes de prévention des conflits et de gouvernance, le rôle important que peut jouer l’opérationnalisation des dispositifs d’alerte précoce et la place que doit y occuper la société civile.

Les participants dans leur diversité ont mesuré l’apport fondamental que constitue la mise en œuvre des instruments visés, notamment ceux de la CEDEAO qui concernent l’Afrique de l’Ouest tout en ayant une portée qui va au-delà de ses frontières ; mais aussi ceux de l’Union Africaine relatifs aux élections, à la démocratie et la gouvernance, aux jeunes et aux droits des femmes de même que ceux de l’OIF (Déclarations de Bamako et de Saint-Boniface). La Charte du Mandé vient y ajouter une contribution des mécanismes endogènes à la revitalisation et au développement des capacités internes de prévention et de gouvernance au niveau des sociétés de la région.

Le principal résultat de la rencontre de Saly au Sénégal a été l’élaboration d’un Plan d’Action régional, dit Plan d’Action de Saly, porté ensemble par une diversité d’acteurs, étatiques et non étatiques, d’envergure nationale, régionale ou internationale. Il s’agit de réaliser de manière durable l’implication de la société civile, aux côtés de la CEDEAO, des Etats et des organisations internationales (UNOWA) dans des actions de prévention des conflits structurées en un programme à portée régionale.

La réunion de lancement du Plan d’Action de Saly qui s’est tenue du 10 au 12 mars 2009 à Accra a permis à ces différents acteurs de définir les modes opérationnels pour sa mise en œuvre aux niveaux national et régional.

L’objectif général de ce Plan d’action est de contribuer au renforcement et à la consolidation de la paix et la démocratie dans la région. Il vise dans cette perspective à mieux faire connaître des instruments déjà disponibles et à les mettre pratiquement au service d’une gouvernance démocratique et de la prévention des conflits en Afrique de l’Ouest.

Le travail de dissémination et le processus d’appropriation de même que le plaidoyer viseront à rendre effective la mise en œuvre de ces instruments. Ils ont aussi pour objectifs d’impliquer davantage les femmes et les jeunes dans la construction de la paix et de renforcer la gouvernance et la démocratie par des approches participatives et l’esprit de dialogue, valorisés dans les cultures de la région.

L’accent sera mis sur les pays marqués par une certaine de fragilité politique et en situation de post-conflit en Afrique de l’Ouest. L’action interviendra à trois niveaux complémentaires: local, national et régional.

Les organisations impliquées travailleront en réseau au niveau régional et favoriseront l’émergence de plateformes nationales de convergence d’action autour de l’implication de la société civile dans la construction de la paix et la démocratie. Les acquis existant déjà aux niveaux régional et national en matière de réseaux et d’alliances serviront d’appui pour la réalisation des objectifs.

Le Plan d’Action de Saly validé à Accra  s’inscrit  dans le Programme de travail triennal (2009-2011) conjoint CSAO/CEDEAO sur l’Alerte précoce et les Systèmes de conflits visant à l’opérationnalisation et au renforcement des capacités d’alerte, de prévention et de réponse impliquant dans la pratique une synergie des acteurs étatiques et non étatiques.

Le Plan d’Action se veut un cadre de travail flexible qui s’adapte à la diversité des situations nationales et locales.

I.        Présentation générale du Plan d’Action


AXES D’INTERVENTION

Le Plan d’Action est structuré autour de cinq axes comportant chacun des actions prioritaires qui se déclinent selon différentes étapes précisées à titre indicatif :

Axe N°1 : Mise en place d’un cadre permanent d’information, d’échanges et de coordination

Axe N°2 : Renforcement des capacités de la société civile

Axe N°3 : Dissémination et appropriation des instruments régionaux, actions de communication

Axe N°4 : Actions de plaidoyer

Axe N°5 : Amélioration de l’implication de la société civile dans l’observation des Elections

ACTEURS DU PLAN D’ACTION

La mise en œuvre, passe par l’implication et la mobilisation synergique d’une diversité d’acteurs, notamment :

§  Institutionnels et étatiques au niveau national : parlementaires, experts et responsables gouvernementaux.

§  Non étatiques: les diverses composantes de la société civile à travers des organisations nationales des 15 pays membres de la CEDEAO et de la Mauritanie en plus des réseaux régionaux et sous-régionaux impliqués dans l’initiative de Saly ou l’ayant rejoint.

§  Médias nationaux et régionaux, publics, associatifs et privés.

§  Organisation régionale : CEDEAO

§  Organisations internationales : CSAO/OCDE, UNOWA et autres agences du système des Nations Unies, Agences de coopération bilatérale venant en appui aux actions de prévention des conflits et de construction de la paix.

DUREE ET PRIORITES DES ACTIONS

Le Plan d’action est l’une des composantes du Programme de travail triennal (2009-2011) conjoint CSAO/CEDEAO sur l’Alerte précoce et les Systèmes de conflits. Ses actions prioritaires de mise en œuvre vont être programmées sur une période de 36 mois.

SUIVI ET EVALUATION

Une évaluation à mi-parcours du Plan d’Action de Saly devra permettre de mesurer son niveau d’appropriation et son impact sur la base des indicateurs élaborés. A l’échelle régionale comme nationale le mécanisme de suivi et évaluation permettra de confronter les résultats réalisés à ceux qui sont attendus à chaque étape définie de l’initiative.

PARTENAIRES AYANT SOUTENU LE LANCEMENT DE L’INITIATIVE

L’initiative bénéficie, en plus des apports du CSAO et de la CEDEAO, des appuis spécifiques de plusieurs pays et organisations notamment :

-          Ministère français des Affaires étrangères et européenne (MAEE)

-          Agence française de Développement (AFD)

-          Agence Canadienne de Développement internationale (ACDI)

-          Ministère suisse des Affaires étrangères

-          Organisation internationale de la Francophonie (OIF)

D’autres pays qui ont marqué leur intérêt devraient confirmer prochainement leur implication dans le financement de cette composante du Programme conjoint CEDEAO/CSAO.

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE, MEDIAS ET AUTRES PARTENAIRES AYANT PRIS PART A L’ELABORATION DU PLAN D’ACTION DE SALY

Parmi les réseaux et groupes nationaux, sous-régionaux et régionaux présents à l’Atelier de Saly et d’Accra, on compte un certain nombre d’organisations faîtières rassemblant elles-mêmes plusieurs dizaines d’organisations nationales dans chaque pays. Cela doit permettre à terme de démultiplier rapidement et plus efficacement les actions au niveau national. Des médias nationaux, régionaux et internationaux ont également été associés à cette initiative notamment au Sénégal et au Ghana. Ils font désormais partie intégrante du processus de mise en œuvre.

RESEAUX SOUS-REGIONAUX


-          Coordination des Jeunes d’Afrique de l’Ouest pour la Gouvernance et la Prévention des Conflits

-          Groupe des Femmes d’Afrique de l’Ouest pour la Gouvernance et la Prévention des Conflits

-          Forum des Organisations de la société civile d’Afrique de l’Ouest (FOSCAO)

-          Réseau des plateformes nationales d’ONG d’Afrique de l’Ouest et du Centre (REPAOC)

-          West Africa Network for Peace building (WANEP)

BENIN


-          Collectif des Fédérations et des Réseaux d’ONG du Bénin (CFRONG)

-          Fondation Regard d’Amour

CAP VERT


-          Association capverdienne des Femmes Juristes

COTE D’IVOIRE


-          Forum international des Femmes pour la Paix, l'Égalité et le Développement (FIFEM)

-          Forum national sur la Dette et la Pauvreté

GHANA


-          ABANTU for Development

-          ABUSUA Foundation

-          Kofi Annan International Peacekeeping Training Centre (KAIPTC)

-          Islamic Foundation for Peace and Development

-          Network for Women’s Rights (NETRIGHT)

-          The Institute for Democratic Governance (IDEG)

-          West Africa Civil Society Institute (WACSI)

-          Women and Development project

-          Women's Initiative for Self Empowerment (WISE)

-          Women in Law and Development in Africa (WILDAF)

-          Women Peace and Security Network Africa (WIPSEN)

GUINEE


-          Coordination nationale des associations de Jeunesse de Guinée (CAJEG)

-          Mouvement Nous aussi Maintenant (NAM)

-          Organisation Guinéenne des Droits de l’Homme (OGDH)

-          Parlement des Jeunes de l’Union du Fleuve Mano pour la Paix

-          Parlement africain des Jeunes (AYP)

GUINEE BISSAU


-          Citoyenne de Bonne Volonté

-          Mouvement de la Société civile pour la Paix, la Démocratie et le Développement

-          Réseau National des Organisations de la Jeunesse (RENAJ)

 

LIBERIA


-          Center for Media Studies and Peace Building (CEMESP)

MALI


-          Association des Élèves et Étudiants du Mali

-          Partenariat Stratégique pour la Paix en Afrique (PASPA)

-          Collectif des Femmes du Mali (COFEM)

MAURITANIE


-          Réseau Mauritanien pour la Promotion des Droits de la Femme (RMPDF)

NIGER


-          Maillon Africain pour la Paix et le Développement (MAPADEV)

-          Coalition des Femmes Nigériennes contre la Guerre (CFNCG)

NIGERIA


-          Nigerian Institute of international Affairs

-          Women Action Organisation (WAO Nigeria)

SIERRA LEONE


-          Fourah Bay College – University of Sierra Leone

-          National Youth Coalition (NYC)

SENEGAL


-          Aid Transparency

-          Comité Régional de Solidarité des Femmes pour la Paix en Casamance (USOFORAL / CRSFPC)

-          Conseil des ONG d’Appui au Développement (CONGAD)

-          Conseil Sénégalais des Femmes (COSEF)

-          Institut d’Etudes Politiques et Stratégiques

-          Jeunesse et Développement (JED)

-          Mouvement des Éclaireurs et Éclaireuses du Sénégal (EEDS)

-          Mouvement Contre les Armes Légères en Afrique de l’Ouest (MALAO)

-          Mouvement Citoyen

-          Réseau Africain pour le Développement Intégré (RADI)

-          Pan African Association For Literacy and Adult Education

-          Université de Saint Louis

-          Women in Law and Development in Africa /Femme, Droit et développement en Afrique (Wildaf/Feddaf)

TOGO


-          Fédération des ONG du Togo (FONGTO)

-          Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH)


MEDIAS ayant participé aux travaux de SALY et d’ACCRA


-          AITV

-          APANEWS

-          Daily Democrat

-          Deutsche Welle

-          Ghana Journalists Association

-          Ghana News Agency

-          Le Quotidien

-          Le Soleil

-          Metro TV

-          PANA

-          The Point

-          TV3

-          The Ghanaian Journal

-          Sud Quotidien

-          Voice of America

 

ACTEURS ETATIQUES DE LA REGION


BURKINA FASO

-          Ambassade du Burkina à  Accra

GHANA

-          Ministry of Defense

-          Ministry of Foreign Affairs

-          Ministry of Women and Children Protection

 

LIBERIA

-          Ministry of Gender and Development

 

 

ORGANISATIONS INTERNATIONALES


-          Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA)

-          Centre de la CEDEAO pour le Développement du Genre

-          Centre d'études linguistiques et historiques par tradition orale (CELTHO/UA)

-          Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO/OCDE)

-          Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)

-          Organisation internationale de la Francophonie (OIF)

 

II.        Organisation de l’initiative


L’initiative qui porte le Plan d’Action Saly est désormais reconnue sous le nom d’Alliance régionale pour la Gouvernance et la Prévention des conflits. Elle comporte une coalition d’organisations de la société civile et des médias d’Afrique de l’Ouest et reste ouverte aux acteurs étatiques de même qu’aux organisations régionales et internationales impliquées dans la prévention des conflits dans la région.

MISSION

« Impulser avec la société civile ouest-africaine une dynamique de prévention des conflits et de promotion de la gouvernance démocratique. »

VISION

Contribuer à faire de l’Afrique et particulièrement de l’Afrique de l’Ouest, une zone de paix, libérée des conflits violent, de l’insécurité et de l’instabilité chronique, gouvernée de manière démocratique et tournée vers le développement économique et social au profit des populations. Les forces vives faites de différentes composantes socioculturelles, politiques, locales et nationales dans leur diversité vivent et s’épanouissent dans un cadre intégré  respectueux des droits et des différences tout en étant soucieux de la cohésion, qui protège la légalité, la transparence, l’équité, le respect mutuel et bannit l’exclusion et la discrimination.

OBJECTIFS

ü Consolider l’Alliance comme base d’une plateforme régionale pour la gouvernance démocratique et la prévention des conflits ;

ü Construire des plateformes relais aux niveaux sous-régional et national

ü Impliquer par leurs biais, les acteurs de la société civile dans le plaidoyer pour la gouvernance démocratique et dans des actions concrètes d’alerte précoce et de prévention des crises des conflits.

Axe N°1 : Mise en place d’un cadre permanent d’information, d’échanges et de coordination

L’Alliance régionale qui constitue ce cadre, reposera sur un réseau de seize plateformes nationales correspondant aux quinze pays de la CEDEAO plus la Mauritanie et de quatre plateformes sous-régionales. Ce fonctionnement en réseau de plateformes facilitera l’échange d’information et la coordination des actions.