Home
IEPS || Institut d’Etudes Politiques et Stratégiques
Le budget de la force militaire du G5 Sahel quasiment bouclé

Conférence de donateurs internationaux sur le G5 Sahel à Bruxelles, 23 Février 2018 (Crédit photographique: REUTERS/Eric Vidal)

Source : Reuters, 23 Février 2018. Crédit photographique: REUTERS/Eric Vidal

BRUXELLES (Reuters) - Le financement de la force militaire du G5 Sahel, dont le coût de fonctionnement pour la première année est estimé à 423 millions d‘euros, a franchi le cap des 410 millions d‘euros de promesses vendredi lors d‘une conférence de donateurs internationaux à Bruxelles.

Cette nouvelle vague de contributions, qui va au-delà des attentes initiales, devrait permettre de donner un coup d‘accélérateur à cette force régionale (Niger, Mali, Burkina Faso, Mauritanie, Tchad) dont la montée en puissance s‘accompagne d‘une recrudescence d‘attaques djihadistes.

“Nous avons donné un message très clair, très fort, très puissant de soutien et de la priorité que la communauté internationale donne à la région du Sahel”, a déclaré Federica Mogherini, la Haute représentante de l‘Union européenne pour les Affaires étrangères, lors d‘une conférence de presse.

Lire la suite...
 
Premiers objectifs atteints pour la PCMS du G5 Sahel

Réunion d'experts sur l'organisation de l'échange d'information au sein de la PCMS, octobre 2017, Nouakchott, Mauritanie

Sources: Secrétariat permanent du G5 Sahel et ONUDC (Office des Nations-Unies contre la Drogue et le Crime). Publié le 23 Février 2018.

Photo: Réunion d'experts sur l'organisation de l'échange d'information au sein de la PCMS, octobre 2017, Nouakchott, Mauritanie (crédits photographique : G5 Sahel/ONUDC)

En réponse aux défis sécuritaires de l'espace sahélo-saharien, les chefs d'États du G5 Sahel ont adopté en novembre 2015 un mécanisme régional de coopération policière, appelé la « Plateforme de Coopération en Matière de Sécurité » (PCMS), soutenue par l'ONUDC et l'Union européenne. L'objectif de cette plateforme est d'initier et de favoriser l'échange d'information entre les cinq États du G5 que sont le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Depuis janvier 2018, les cinq États du G5 Sahel échangent, pour la première fois d'une manière systématique et institutionnalisée, des informations en matière de lutte contre la criminalité transnationale organisée et le terrorisme.

Lire la suite...
 
Communiqué final du 52e sommet de la CEDEAO (16 Décembre 2017)

52e sommet de la CEDEAOCINQUANTE-DEUXIEME SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES CHEFS D’ETAT ET DE GOUVERNEMENT DE LA CEDEAO

16 Décembre 2017, Abuja, République Fédérale du Nigeria

COMMUNIQUE FINAL

1.  La cinquante-deuxième session ordinaire de la Conférence des  Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est tenue le 16 Décembre 2017 à Abuja, République Fédérale du Nigeria, sous  la  présidence  de  S.  E.  M  Faure  Essozimna  GNASSINGBE,  Président  de  la République Togolaise, Président en exercice de la Conférence.

Lire la suite...
 
La CEDEAO condamne la vente aux enchères de migrants africains en Libye (21/11/2017)

Abuja, le 19 novembre 2017. La Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a appris avec consternation la vente aux enchères, comme des esclaves, de migrants africains présents sur le territoire libyen.

La Commission de la CEDEAO, fortement indignée par ces pratiques inhumaines et abjectes, condamne sans réserve de tels actes qui rappellent les heures sombres de l’histoire de l’humanité.

Elle réprouve toutes formes d’atteinte à la dignité et à l’intégrité de la personne humaine où qu’elle se trouve. Elle en appelle au gouvernement libyen et à la Communauté internationale à prendre urgemment toutes les dispositions nécessaires en vue de faire cesser cette ignoble activité. Elle les invite, par ailleurs, à rechercher et à poursuivre en justice, les coupables de ce crime contre l’humanité.

Lire la suite...
 
L'intégration pour la paix et la sécurité: une question vive (Massaër Diallo, 16/11/2017)

Amani Africa 2

Photo: Les Forces Africaines en Attente lors de l'exercice "Amani Africa II" (Afrique du Sud, 2015). Crédits photographiques: Union Africaine / peaceau.org

La quatrième édition du Forum de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique semble avoir remis au goût du jour la question de l'impératif de l'intégration en matière sécuritaire pour relever le défi fort prégnant du terrorisme.

En matière de paix et sécurité, l'intégration est indubitablement une question vive. Pour la résoudre, il convient d'abord de savoir en quoi et en quels termes elle se pose.

Sur le plan stratégique comme sur le plan opérationnel il existe déjà tant  au niveau de l'Union Africaine que de ses communautés régionales des mécanismes et des expériences  de réponses aux menaces et défis sécuritaires.

Pour être efficaces face au terrorisme et aux autres menaces graves à la paix et la sécurité ces réponses doivent être plus concrètement intégrées et adaptées.

Lire la suite...
 

Qui est en ligne ?

Nous avons 59 invités en ligne
L’Institut d’Etudes politiques et stratégiques (IEPS) a été crée en 2004 avec un siège sur l’île de Gorée. L’IEPS est une initiative qui se veut pôle ouest africain constitué à partir du Sénégal.

◊ La persistance de conflits intra étatiques  et sous-régionaux  qui  hypothèquent la paix, la sécurité et le  développement.

◊ La fragilité de l’Etat, les atteintes corollaires à l’Etat de droit, à la démocratie et aux droits de l’Homme.

◊ Une crise de la gouvernance  et un  déficit  de réponses à la hauteur des  enjeux majeurs

Il est destiné à contribuer au renforcement des capacités d’élaboration stratégique et d’action politique et sociale pour relever les défis au niveau national, régional et continental